Skip to content
Hydro employee in Clervaux

Tous les types d’aluminium ne sont pas égaux : nous devons accroître l’utilisation de déchets de post-consommation afin de réduire plus rapidement les émissions.

Recyclable et utilisable à l’infini, l’aluminium est un métal sobre en carbone, idéal pour l’économie circulaire. Chez Hydro, nous plaidons pour des normes transparentes afin de garantir que le recyclage de l’aluminium contribue à la réduction des émissions.

portraits-sustainability-and-climate-13-copy.jpg
Jostein Søreide, chef du bureau pour le climat d’Hydro.

En tant qu’industrie, notre responsabilité est d’informer nos clients et de soutenir la transition vers une économie circulaire grâce à une pleine compréhension de l’empreinte carbone de l’aluminium recyclé. Si nous ne la mesurons pas avec précision, les conséquences pourraient être importantes.

La différence entre les déchets de pré-consommation et de post-consommation

Chez Hydro, nous pensons que la solution consiste à reconnaître que tous les aluminiums recyclés ne sont pas égaux. Lorsque l’aluminium recyclé est composé de canettes, de fenêtres ou de pièces automobiles usagées, le matériau débute une nouvelle vie. L’aluminium qui a déjà été utilisé est appelé déchet de « post-consommation », et son empreinte carbone est proche de zéro. L’aluminium recyclé issu de la production secondaire ou de déchets de « pré-consommation » est différent. Ce matériau provient des « restes » du processus de production. Par conséquent, il n’est pas encore arrivé à la fin de son cycle de vie et doit conserver l’empreinte carbone de son processus de production initial. Si l’empreinte n’est pas conservée, les émissions liées à la production du matériau ne sont pas prises en compte.

Il est important de savoir où et comment l’aluminium est produit

Pourquoi est-ce important ? Parce que la transparence est essentielle.

Si tous les déchets sont comptabilisés de la même manière, nous perdons toute transparence dans l’empreinte carbone réelle de l’aluminium recyclé. Le processus de recyclage de l’aluminium a lui-même une empreinte carbone très faible, puisqu’il ne nécessite que 5% de l’énergie du processus de production primaire initial.

En revanche, la production d’aluminium primaire nécessite beaucoup plus d’énergie. La fonderie alimentée en charbon génère des émissions de CO2 par kilogramme cinq fois plus importantes que celles émises par la production d’aluminium à partir d’énergies renouvelables. Si nous partons du principe que tous les déchets ont une empreinte carbone égale à zéro, et que nous ne concentrons que sur le recyclage, nous ne prenons pas en compte cette différence cruciale en matière d’émissions, et nous sous-estimons l’importance des déchets de post-consommation ainsi que du cycle de vie d’un produit.

Au mieux, cette méthode de calcul est trompeuse et ne fournit pas à l’industrie de l’aluminium la motivation nécessaire pour investir dans des solutions à faible émission de carbone. Au pire, elle encourage les industries polluantes et favorise l’inefficacité industrielle.

Établir des normes justes

C’est pour cette raison qu’Hydro s’efforce d’établir des normes transparentes et justes pour le calcul de l’empreinte carbone de l’aluminium recyclé.

Il est nécessaire d’être transparent lorsqu’il s’agit de matériaux recyclés et de la manière de calculer leur empreinte carbone afin d’éviter les discours écologiques de façade et de créer une économie véritablement circulaire et sobre en carbone. Les prochaines propositions de la Commission européenne en matière de politique relatives aux produits durables devraient en tenir compte. Une transparence totale devrait être de mise pour le calcul et la publication de l’empreinte carbone des matériaux recyclés.

Document de position : L’empreinte carbone de l’aluminium recyclé

Ce document de position expose la position d’Hydro sur l’empreinte carbone de l’aluminium recyclé.

En savoir plus sur le recyclage de l’aluminium

Recommended for you